Home > Non classés > Raidlight – Lancement d’une collection « made in France »

Raidlight – Lancement d’une collection « made in France »

24/04/09 – Lancement d’une collection « made in France », de produits éco-conçus en bambou et accord de partenariat avec Intersport pour des produits McKinley by Raidlight ; la marque fondée il y a dix ans par Benoît Laval poursuit son développement. Après le Vieux Campeur et Nature & Découverte, c’est au tour d’Intersport de s’intéresser à la marque Raidlight. Le groupement de magasins de sport a commandé à Raidlight des sacs à dos co-signés McKinley, sa marque propre. Une nouvelle victoire pour la marque de trail, fondée il y a tout juste dix ans par le coureur Benoît Laval, ingénieur textile de formation. A l’origine, Benoît Laval cherche à optimiser son équipement pour la course d’orientation. Membre de l’équipe de France de CO, il devient champion du monde de raid-orientation en 2000, avant de se lancer sur la vague du trail-running avec notamment une seconde place au Grand Raid de La Réunion de 2003. Les sacs Raidlight sont d’abord vendus sur le site marchand du coureur avec de nombreux autres produits pour la CO. Mais très vite le développement d’une collection Raidlight, avec des vêtements et accessoires, prend le pas sur l’activité de négoce. Le bouche-à-oreille et la vente directe sur internet permettent à la jeune marque de se développer, tandis que les portes des magasins spécialisés commencent timidement à s’ouvrir en 2004. La société affiche alors un chiffre d’affaires de 650 K€. Aujourd’hui, l’entrepreneur est en tête du circuit de championnat de France de trail FFA et l’entreprise réalise un CA de 1,5 M€, dont 25% à l’export. En ces temps de crise, Benoît Laval est assez fier d’avoir créé treize emplois et prévoit cinq embauches sur les deux prochaines années. Sa dernière initiative est le lancement au Salon de la randonnée d’une collection de vêtements « made in France ». Des produits techniques tissés et confectionnés dans l’Hexagone, réalisés à base de polyester Meryl 3D (de Sofileta) ou de viscose de bambou (Bambou Dry de Tissages de l’Aigle). «Des matières qui sont avant tout très techniques et très confortables», indique Benoît Laval. «On ne peut pas parler d’une relocalisation, mais d’ici deux ans nous espérons que les produits made in France réaliseront entre 15 et 25% de nos ventes totales». Après la CO et le trail-running, qui reste son activité n°1, la marque se développe activement dans la randonnée légère, «c’est le segment qui enregistre la plus forte progression», ajoute Benoît Laval. Raidlight poursuit son chemin à bon rythme.///

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: